Actualités

La prudence dicte sa loi chez les banquiers

Dans un contexte économique difficile pour les entreprises et les particuliers, les banques n’ont pas hésité à modifier en profondeur leurs conditions de distribution de crédits.
Ah ! Il est loin le temps ou les particuliers démarrant dans la vie active sans trop d’apport pouvaient facilement accéder  à l’acquisition de leur résidence principale ! Le temps ou les investisseurs pouvaient emprunter sur des durées longues, le loyer encaissé permettant de payer le crédit…
Certes le cout des crédits distribués reste historiquement bas, mais pour ce qui est de l’obtention de ces derniers…un mot d’ordre : « Il faut se le gagner » !

 

En effet en anticipant les éventuelles difficultés pour certains d’entre nous de rembourser les emprunts les banques sont devenues assez sélectives. Niveau d’apport, de revenus, ancienneté de la profession, endettement existant, fonctionnement des comptes…Tout y passe !

Cette tendance va selon nous, s’inscrire dans la durée et le rôle des intermédiaires en crédits au-delà de la recherche des meilleures conditions, va devoir être de véritable conseil dans le montage et la présentation des projets de leurs clients auprès des banques. En effet depuis plusieurs mois nos équipes accueillent des clients qui ont entamé des démarches personnelles auprès des banques sans succès, alors même que le dossier pouvait être revu favorablement avec un plan de financement sensiblement différent.

 

Plus que jamais dans ces temps difficiles, nous demandons à nos clients de nous laisser les accompagner auprès des banques et ne pas « griller de cartouche » de leurs côtés.

Les conditions d’acceptation varient de façon plus importante  que par le passé entre les banques, il est donc essentiel d’avoir une vision globale des offres bancaires pour frapper à la bonne porte.